Aller au contenu principal

Une maison passive en béton : un vrai gain en énergie !

Installé à Limal dans un cadre verdoyant à souhait, l’architecte Philippe de Menten nous relate l’expérience concluante de la construction de sa maison familiale, réalisée en maçonnerie de béton. Contemporaine et passive, celle-ci allie sans effort un environnement élégant et vivant à un confort thermique convaincant.

« Construire passif n’a pas été un choix de départ, mais plutôt le résultat d’élé- ments concomitants et favorables au passif », annonce l’architecte. L’histoire de la conception de cette maison est de fait riche en surprises. L’architecte jette initialement son dévolu sur un terrain magnifique sur lequel est déjà implantée une maison. Un projet de rénovation voit le jour et aboutit, contre toute attente, à la permission de démolir et de reconstruire une nouvelle habitation. Le projet initial est donc revu, essentiellement pour l’organisation intérieure de la maison.

Le passif, très rentable sur le long terme

«  C’est au moment du contact avec l’entreprise de construction que la question du passif est apparue  », explique M. de Menten. « L’entreprise a proposé de réaliser une étude thermique précise dont il est ressorti que les améliorations à réaliser pour atteindre les exigences passives étaient minimes ». En effet, grâce à sa compacité, à son orientation solaire très favorable et au choix du béton, le bâtiment présentait déjà de très hautes performances thermiques. Ainsi, les améliorations à prévoir se limitaient pratiquement à l’emploi de triple vitrage, à isoler et à rendre les caves étanches à l’air grâce au plafonnage. Le surcoût raisonnable de ces modifications n’a pas fait hésiter longtemps les futurs propriétaires, à la vue de l’importance des économies d’énergie (et donc d’argent) réalisées sur le long terme grâce à une maison passive. La maison est entièrement réalisée en béton et est dotée d’une isolation importante. Quand on le questionne sur le confort ressenti à l’intérieur de la maison, l’architecte aborde aussitôt l’inertie thermique apportée par les éléments en béton qui constituent la maison. Les maçonneries, les hourdis et les dalles en béton, grâce à leur masse, permettent en effet un déphasage thermique appréciable, principalement en été lors de fortes chaleurs. « Le fait que les caves fassent partie du volume chauffé de la maison a aussi toute son importance  » insiste M. de Menten. «  Les caves constituent un véritable stock de chaleur ou de fraîcheur, selon la saison, restitué progressivement par le béton ».

Béton et passif : un duo très fiable

« Il n’y a eu aucune mauvaise surprise lors du chantier », ajoute M. de Menten. « L’emploi de méthodes de construction connues et maîtrisées par nos entreprises belges est le gage d’une qualité irréprochable, d’autant plus essentielle pour la construction de maisons passives et la gestion de l’étanchéité à l’air, entre autres ». Efficace et durable, la construction en béton semble donc toute indiquée pour la réalisation de bâtiments passifs, économes et confortables sur le long terme, comme l’atteste cette maison passive réussie à tous points de vue.