Le béton préfabriqué entre patrimoine et créativité | infobeton.be

Le béton préfabriqué entre patrimoine et créativité

Vue de la maison en béton préfabriqué

© LW architectes

A Tournai, l’église Saint-Jacques compte parmi ses voisines une habitation qui a su tirer parti des avantages multiples du béton. La réalisation est signée par le bureau LW.architectes. Portrait de cette maison familiale réalisée en béton préfabriqué.

Sur une parcelle de coin, à deux pas de la Grand-Place de Tournai, se dresse une maison au parement inhabituel et pourtant parfaitement intégré à ce quartier historique. La construction a été conçue par un couple d’architectes, Fabienne Wantier et Quentin Lamarche. Ceux-ci en occupent l’entièreté, à commencer par le bureau d’architecture qui se situe au rezde-chaussée. Le reste de l’habitation est réservé aux espaces privés. La construction compte quatre niveaux et demi. « La superficie du terrain est d’environ 45 m2 », explique Quentin Lamarche. Les chambres, la salle de bain et les espaces techniques se succèdent de bas en haut. « Nous avons installé le séjour au niveau supérieur pour profiter des vues exceptionnelles sur la ville », complète Fabienne Wantier.

Le béton, un matériau intemporel et bon marché…

Pour les architectes, le choix du béton a été instantané : « comme beaucoup de nos confrères, nous aimons ce matériau dont les possibilités sont quasi infinies… ». Les raisons esthétiques ne sont pas les seules avancées. « Nous étions à la recherche d’un matériau capable de s’intégrer au contexte urbain historique et qui nous permettait d’exprimer une architecture contemporaine », explique Fabienne Wantier. Travailler en béton préfabriqué s’est révélé être la solution adéquate, compte tenu du budget que s’était fixé le couple et du délai d’exécution limité.

Un chantier rapide et qui permet de mettre la main à la pâte

Chaque étage est construit à l’aide de trois grands panneaux de béton préfabriqué. Chaque panneau est composé de trois couches : le parement extérieur, l’isolation et le mur porteur. L’avantage de cette technique de construction est évidemment sa rapidité d’exécution. En effet, quelques heures suffisent à la construction d’un niveau ! « Cela nous a permis d’investir rapidement la maison pour réaliser les travaux intérieurs que nous avions décidé de faire nous-mêmes pour ne pas dépasser le budget que nous nous étions fixé », ajoute Quentin Lamarche.

De belles économies

« Utiliser le béton préfabriqué demande un travail de conception important car il faut tout prévoir à l’avance, mais cela en vaut largement la peine », expliquent les architectes. De fait, en plus des économies de temps, l’emploi de cette technique réduit aussi la facture au niveau des finitions dont on peut se passer, pour peu que l’on apprécie la texture du béton brut. De plus, de par ses qualités intrinsèques, le béton préfabriqué est étanche à l’eau et à l’air. La composition du mur est ainsi simplifiée avec à la clé un gain de place pour les espaces intérieurs. L’étanchéité à l’air permet également de se passer des finitions de plâtre sans craindre les courants d’air et les diminutions de performances énergétiques de la maison

Le béton, patrimoine et créativité

Le parement en béton préfabriqué présente un relief horizontal obtenu à l’aide d’un moule lors de la fabrication des panneaux. « La teinte et le motif des panneaux s’accordent avec la façade en pierre de l’église voisine », explique Fabienne Wantier. Pour renforcer le dialogue entre les deux constructions, les architectes ont créé de grandes baies verticales rappelant le langage architectural de l’édifice religieux. « Au niveau du séjour, nous avons opté pour des baies horizontales et plus géné- reuses, ouvertes sur la ville. Finalement, le caractère rigide du béton préfabriqué n’a limité en rien notre créativité », ajoutent les architectes. Comme quoi, l’architecture contemporaine et le respect du patrimoine sont loin d’être incompatibles…

Cliquez ici pour consultez l'article au format .pdf